Indonésie et sac-à-dos
.


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

1) Malaisie (Kuala Lumpur)
2) Sumatra
3) Java
4) Bali
5) Lombok
Gastronomie et Recettes
Indonesie, informations generales
Preparatifs avant le depart

Sites favoris

Au Sud des Amériques
Odorel Express
Vimeo
Voyage Forum
Diplomatie Gouv'
Utripy
Rosalia Filippetti, photographe
La Sand et le Guims en Asie
Touche mon bush
Mistoulin et Mistouline
OnedayOnetravel

Newsletter

Saisissez votre adresse email

Les rizières d'Ubud - Patrimoine de l'Unesco

Pour finir notre ballade en beauté, Wiang, notre chauffeur, nous propose de nous amener aux rizières de "je ne sais plus le nom du village", qui sont classées au Patrimoine de l'Unesco et qui se situent tout près d'Ubud.


On se félicite de cette initative et c'est parti.

 

Par contre, comme il faut payer pour rentrer dans le village et prendre des photos (5 000rp/pers.), on essaie de ne payer que pour deux appareils photos et Wiang négocie en notre faveur.

En plus, il y a des gardes partout donc pas moyen de passer outre...


Après quelques secondes, on passe ! Cool !

 

Au début rétissant de devoir encore payer (surtout pour voir un paysage !), on n'est pas du tout déçu du voyage. 

 

 

 

C'est vraiment un paysage superbe, encore plus beau que les rizières en terrasse de Jatiluwih, vues la veille.

 

 

 

Le soleil ne gâche en rien ce paysage magnifique

 

 

 

C'est vraiment le Bali intérieur qui émerveille par sa beauté

 

 

 

C'est beau, mais c'est du boulot...

 

 

 

Et ça s'entretient tout ça

 

 

 

 

Ca grimpe !

 

 

 

En voici un qui nous montre ses fesses

 

 

 

On ne se lasse pas de ce paysage

 

 

  

C'est l'heure de la pause

 

 

 

Rizières en terrasse près d'Ubud en revenant du Mont Batur

 

 

 

Et une dernière photo pour la route, avant de rentrer sur Ubud.

 

Journée bien remplie et très chouette ballade avec Mélanie, les belges et Wiang le chauffeur.

 

 


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 23:17, le 25/03/2012 dans 4) Bali, Ubud
Mots clefs :

Nyepi : Nouvel an balinais !

Ca arrive une fois par an et nous y étions !

Je parle du Premier de l'an balinais, appelé Nyepi (ou Jour du Silence), qui est complétement différent de notre Premier de l'an.


Il s'agit d'une fête très importante et assez insolite, qui tombe le 23 mars cette année.


En effet, la veille du Nyepi (nouvel an balinais donc, qui dépend du calendrier hindouiste saka), tous les temples, particulièrement les plus gros, reçoivent des offrandes afin d'éloigner les mauvais esprits.

 

Les offrandes se font notamment durant la semaine précedant le Nyepi mais le phénomène est largement accentué la veille.

Les magasins ferment vers 15h et les rues se vident. 

Pour le coup, les touristes ne passent pas inaperçus car on ne croise presque aucun balinais...

 

 

 

En route vers le temple pour y déposer les offrandes

 

 

 

Tout le monde se met sur son 31 pour l'occasion et les décorations sont de rigueur

 


Dans le cadre de ce rituel, les balinais fabriquent des ogohs-ogohs (des monstres) destinés à faire peur aux démons.

 

 

 

Les femmes aux offrandes et les hommes à la fabrication des ogohs-ogohs...

 

 

 

Préparation pour le défilé du soir

 

 

Il faut environ 2 mois de préparation, voici quelques exemples de monstres :

 

 

 

 

 

 

 

 

D'après le calendrier hindouiste Saka (qui varie avec les cycles lunaires entre autres), nous sommes en l'an 1934...

 

 

 

Bonne année 1934 !

 


La veille du Nyepi, au coucher du soleil, on assiste à un grand défilé, sorte de procession qui déhanbule dans les rues en exhibant des monstres "ogohs-ogohs".


Le défilé correspondrait plus à notre carnaval car ce sont les enfants et adolescents qui s'y collent, le tout dans la bonne humeur et en faisant le plus de bruit possible.


En effet, il s'agit de faire peur aux esprits malins en faisant du bruit. De même, les enfants remuent dans tous les sens les "ogohs-ogohs" pour que les esprits ne puissent pas envahir la Terre à l'occasion de cette nouvelle année.

 

 

 

Des jeunes filles munies de torches ouvrent le défilé

 

 

 


Ogoh-Ogoh porté à bout de bras à travers la ville

 

 

 

Chaque groupe a le sien, on ne saura pas s'il s'agit de groupe scolaire ou de bandes de copains...

 

 

 

Les groupes s'arrêtent assez souvent pour faire une pause... fatigués mais de bonne humeur !

 

 

 

Pas de ogoh-ogoh mais un sacré déguisement...

 

 

 

Leur maquillage est assez impressionant et suffisamment effrayant pour les démons !

 

 

 

Les plus petits aussi ont leurs monstres !

 

 

 

Et ils en sont fiers... :)

 

 

Le temps du défilé étant de plusieurs heures (à cause des nombreuses pauses des porteurs), on retrouve les monstres au coeur de la Forêt des Singes d'Ubud.

 

 

Plus que quelques mètres mesdemoiselles...

 

 

 

Une fois arrivés, certains monstres sont démembrés, en voici un qui a perdu la tête

 

 

 

L'ossature est bien rigide, incroyable travail...

 


A la fin du défilé, on brûle les monstres et commence alors le Nyepi, c'est-à-dire le Jour du Silence. 

 

Il porte bien son nom car personne ne sort de chez soi, et ceci, sous aucun prétexte. 

Seuls des gardiens sont autorisés à patrouiller dans les rues pour réprimander les mauvaises âmes qui ne respecteraient pas la tradition.

 

 

C'est l'heure du feu de joie

 

 

 

 

Ce Jour du Silence est extrêmement respecté à Bali. 


Tout est fermé, les touristes ne peuvent pas sortir de leur hôtel, l'ïle de Bali est complétement paralysé, même l'aéroport est fermé, c'est dire.

 

Il est à noter que durant le Jour du Silence, il est de bon grès de ne pas faire trop de bruit (on peut quand même parler...), ni allumer la lumière une fois la nuit tombée, car cela attire les démons. 

(Pour info, assurez-vous que votre hôtel fournisse vos repas, sinon prévoyez vos courses en conséquence...)

 

En fait, la Terre doit paraître totalement inhabitée pour que les démons ne s'y attardent pas.

Contradictoire avec la grosse fête de la veille, qui elle, doit faire le maximum de bruit pour effrayer les démons.

 

Donc en gros :

1/ On fait des offrandes aux dieux pour qu'ils nous protègent

2/ On fait du bruit pour effrayer les démons

3/ On reste dans nos pénates où on fait le mort au cas où ils reviendraient

4/ Fin du Nyepi, le monde reprend son cours


Quel manque à gagner pour cette île... On ne verrait jamais ça en Occident.

On retrouve vraiment une forte volonté de respecter les traditions, c'est aussi en cela que Bali est assez incroyable. On devrait prendre exemple !

 

A l'heure où la mondialisation est omniprésente et où le pouvoir de l'argent est roi, quel pays pourrait se permettre de paralyser son économie toute une journée durant?

 

En tous cas, à Bali, le 1er de l'an c'est sacré !

 


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 15:31, le 23/03/2012 dans 4) Bali, Ubud
Mots clefs :

Promenade dans les environs d'Ubud

Après avoir découvert le centre d'Ubud, on décide de se promener un peu en dehors de la ville.

 

Outre la Forêt des Singes au coeur d'Ubud, la forêt sainte d'Alas Kedaton possède également une douzaine d'hectares où on trouve des macaques dans leur environnement naturel. 

 

En plus des singes, on a la surprise d'y voir également des chauves-souris, qui sont d'ailleurs super grandes !

 

 

 

 

Chauves-souris dans la forêt des singes d'Alas Kedaton

 

 

 

Déployées, elles font plus de 2 mètres de long.

Incroyable de voir leurs corps si près, remarquez les veines dans leurs ailes...

 

 

 

Des petites pattes qui sont vraiment squelettiques, mais elles accrochent bien.

 

 

 

Retournement de photo pour qu'on se rende mieux compte de leurs têtes

 

 

 

Evidemment, les locaux en font une attraction locale et outre la photo avec la chauve-souris depliée sur soi, on peut aussi leur faire boire du jus de pomme... (moyennant paiement bien sûr)

 

 

Pas de forêt des singes sans parler de celle en plein centre d'Ubud, qui a d'ailleurs donné son nom à une des grandes artères de la ville : Monkey Forest Street.


C'est au bout de cette rue qu'on entre dans cette étendue de verdure.

 

Des statues représentant les singes chapardeurs ornent les quelques centaines de mètres qui bordent l'une des entrées de la forêt, et sont très représentatives pour la mise en garde auprès des touristes.

 

 

 

Mignonne statue d'un singe au volant d'un scooter, après tout, ils ne sont pas si différents de l'homme.

 

 

 

Attention, ils ont tendance à être un peu pick-pocket !

 

 

Pour plus de simplicité, j'ai mélangé les photos de singes des deux forêts visitées...

 

 

  

 

Macaque qui joue au chat perché

 

 

 

Bande de copains

 

 

 

Petite séance de nettoyage

 

 

 

Carole qui s'est fait un nouveau copain

 

 

 

La maman et son petit

 

 

 

C'est l'heure du biberon !

(Dédicace à Carole qui a pris cette jolie photo)

 

 

On craque avec ces petits yeux...

 

 

 

Dans la forêt des singes à Ubud, quelques temples font leur apparition au milieu de la jungle

 

 

 

Qui dit temple, dit offrande...

 

 

 

Mais en plus des fleurs, les balinais mettent du riz dans leurs offrandes.

Aussi, à peine posée, un singe s'empresse de tout détruire pour prendre son petit déj' !

 


Petit apparté pour vous raconter que les singes ne sont pas réellement limités à la forêt d'Ubud, certains dépassent les "limites autorisées" et se trouvent sur les trottoirs en bord de route, devant la forêt.

 

L'an passé, un japonais roulant sur cette route en a malheureusement écrasé un...

De retour à son hôtel, l'histoire raconte que le "Roi des Singes" se serait pointé devant sa porte et y aurait passé la nuit, les bras croisés.


Rongé de culpabilité, le japonais aurait fait une généreuse donation.


Depuis, des gardes s'assurent que les singes ne sortent pas trop de ce côté, mais la route étant très peu éclairée à la nuit tombée, il faut être très prudent.

 

 

En sortant de la forêt des singes d'Ubud, on continue la ballade entre jungle et rizières.

 

 

 

Nature luxuriante près d'Ubud

 

 

 

On travaille le riz

 

 

 

Rizières en terrasse

 

 

 

 

Après une belle ballade d'une dizaine de kilomètres (sauf Alas Kedaton où nous sommes allées en voiture), on rentre se poser un peu et flâner de nouveau dans la ville... On ne s'en lasse pas !

 

La journée se finira d'ailleurs au Spa. 

En effet, les tarifs attractifs de la ville ont eu raison de nous.

 

Pour Mélanie & moi, ça sera gommage, bain de fruits et massage, dans le spa de la Monkey Forest Street, près du Raka Rai Bungalow où je loge.


De son côté, Carole (dont c'est le métier), a pris la totale : 4h de soins de la tête aux pieds dans un spa plus luxueux, le Sang Spa (également sur Monkey Forest). Mais ca reste plus que correct : 420 000rp pour la totalité, soit 35 euros.


Ca change du Spa Cinq mondes où elle travaille à Bruxelles et leur 95 euros pour 50 minutes de massage (tarif minimum)...

Bon après les produits ne sont pas les mêmes non plus, mais bon.


La journée fut donc intense et la soirée très relaxante (c'est peu de le dire!).

 


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 15:31, le 22/03/2012 dans 4) Bali, Ubud
Mots clefs :

Tempeh (Tofu fermenté) à la sauce de soja

 

INGREDIENTS :

 

- Sauce balinaise

- Tempeh

- Huile

- Beurre

- Céleri

- Citronnelle

- Poivrons

- Tomates

- Oignons

- Ail

- Harissa

- Sauce de soja

- Oyster sauce (épaisse et sucrée)

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 22:39, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs :

Soupe balinaise aux boulettes de poisson

INGREDIENTS :


- Sauce balinaise

- 500g de poisson (ici du thon)

- 1 c. à s. de feuilles de céleri

- 1 pincée de sel et de poivre



Pour le bouillon :

- Sauce balinaise

- Nouilles-vermicelles

- Céleri

- Citronnelle

- Sel & poivre


 

 

 

Une fois le poisson passé au mixeur, ajoutez environ un quart de sauce balinaise par rapport à votre quantité de poisson.

 

 

 

Mélangez le poisson, la sauce balinaise, le céleri, le sel et le poivre.

 

 

 

Et on roule en boulettes...



Préparez le bouillon avec une cuillère à soupe de sauce balinaise, des nouilles-vermicelles, des feuilles de céleri, de la citronnelle, du sel et du poivre, ainsi que les boulettes de poisson.


Laissez bouillir une quinzaine de minutes.

 

 

 

Il est à noter que la sauce balinaise est assez épicée et je trouve personnellement qu'il est dommage d'utiliser du thon pour faire les boulettes. 


De plus, vu la rareté du thon en Europe, d'autres poissons goûteux peuvent être utilisés pour cette recette.

 

Bon appétit !

 


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 16:29, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs :

Recette : Brochettes balinaises au poulet

(Sate Lilit)

 

 

INGREDIENTS :

(pour une vingtaine de brochettes)


- Sauce balinaise

- 500g de poulet (passé au mixeur)

- 1 c. à c. de sucre brun

- 1 c. à c. de noix de coco râpée

- 2 petits citrons verts

- 1 pincée de sel et de poivre

- Pics en bois pour faire des "sucettes" de poulet

 

 

 

Une fois le poulet passé au mixeur, ajoutez environ un quart de sauce balinaise par rapport à votre quantité de viande.

 

 

 

C'est Carole qui s'y colle et qui mélange avec les doigts le poulet, la sauce balinaise, le sucre brun, la noix de coco râpée, le jus de citron vert, le sel et le poivre.

 

 

 

On prend les pics et on y enroule le poulet en "sucette".

 

 

 

Cuisson au barbecue, étant à Bali c'est assez "artisanal" mais je vous déconseille le ventilateur à proximité des braises...

 

 

 

Bon appétit !

 


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 15:07, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs :

La Sauce Balinaise

La sauce balinaise est la base de la cuisine à Bali. On la trouve dans de nombreux plats, comme nous allons le voir dans les recettes à venir...

 

INGREDIENTS :

(pour un petit bol de sauce cuite)

 

- 1 c. à s. de curcuma jaune (en morceaux de préférence)

- 1 c. à s. de curcuma blanc (en morceaux de préférence)

- 3 c. à s. de gingembre

- 2 c. à s. de galanga (sorte de gingembre très épicé)

- 1/2 c. à c. de poivre noir & blanc

- 1 pincée de sel

- 1/2 c. à c. de noix de muscade

- 7 échalottes

- 5 belles gousses d'ail

- 4 c. à s. de graines séchées de coriandre (le fruit, pas les feuilles!)

- piment rouge (selon vos goûts)

- Huile de noix de coco

 

  

 

Les ingrédients...

 

 

 

Les découper en petits bouts égaux (sauf l'huile de coco qui servira à la cuisson)

 

 

 

Utiliser un pilon pour les transformer dans une forme de purée grossière (sinon au mixeur)

 

 

 

Carole qui s'essaie au pilon...

 

 

 

Une fois bien broyée et homogène, on fait frire la sauce à la poëlle dans l'huile de coco pendant 2 ou 3 minutes et elle est prête à être utilisée comme base de recette.

 

 

 

Ici utilisée pour des recettes avec du poulet (à gauche) ou du thon (à droite) dont je vous invite à venir découvrir les recettes dans la rubrique Gastronomie et recettes...

 


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 14:44, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs :

Recette : Pudding de riz noir (Bubur Injin)

Les balinais (et les indonésiens en général) ne sont pas de grands consommateurs de desserts (préférant tout simplement un bon fruit) mais il y en a quand même quelques uns, comme le Pudding de riz noir...

 

 

INGREDIENTS :

(pour 4 personnes)

 

- 1/2 tasse de riz noir

- 1/2 tasse de riz blanc

- 4 c. à s. de sucre brun

- 2 c. à s. de sucre blanc

- 1 pincée de sel

- 1 bâtonnet de canelle

- Noix de coco râpée

- 1 ananas

- lait de noix de coco

 

 

 

 

Une partie des ingrédients (vous trouverez aussi une partie des ingrédients pour les galettes de maïs)


Il est à noter que le sucre brun n'est pas celui que l'on trouve en commerce tradionnel, il s'agit plutôt d'une pâte compacte et humide qui donne un goût plus significatif (en bas, à droite).

On peut en trouver dans les magasins spécialisés.

 

 

Faire bouillir à feu très doux les deux sortes de riz avec le bâtonnet de cannelle (on peut aussi rajouter une gousse de vanille).

Au bout de 20 minutes, ajoutez les deux sortes de sucre et le sel, ainsi que la noix de coco râpée.

 

 

Suivant le type de votre riz, laissez bouillir à feu doux jusqu'à une cuisson parfaite.

 

 

 

Le sucre brun et la cannelle colorent le riz blanc...

 

 

Faites tiédir à feu doux le lait de coco et coupez le fruit en petits dés.


Le dressage de l'assiette de la photo ci-dessous n'étant pas fameux, il faut laisser libre court à l'imagination de chacun pour assortir le fruit, le mélange de riz sucré et le lait de coco tiédi.

 

 

 

Pudding de riz noir au lait de coco et à l'ananas, dressé à "l'anglaise" pour le p'tit déj', mais que cela ne gène pas votre imagination...

 

Bon appétit !


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 13:41, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs :

Recette : Galettes de maïs aux légumes

(ou Bergedel Jagung)

 

 

Après la recette du nasi goreng (ou riz sauté) qui peut se décliner en mie goreng (nouilles sautées), voici la recette des galettes de maïs aux légumes.


INGREDIENTS :

(pour 8 ou 10 galettes)

 

- 1 grand bol de maïs

- 1 bol moyen de Maizena

- 5 ou 6 pommes de terre (bouillies)

- 4 c. à s. d'ail

- 3 c. à s. de noix de coco râpée

- 3 c. à s. de céleri finement émincé

- 2 oeufs

- Pincées de sel et de poivre

- Huile de friture

 

 - A ajouter suivant vos goûts, des légumes finement coupés : carottes, poivrons, persil, poireaux, oignons, etc.

 

 

On commence par écraser le maïs dans un pilon.

 

 

 

Le pilon est idéal mais on peut aussi passer tout ça au mixeur...


On ajoute les pommes de terre préalablement bouillies.

 

 

 

On mixe, on écrase pour faire une jolie purée homogène

 


Dans un saladier, mélangez la purée avec l'ail ainsi que le sel et le poivre.

 

 

 

Et on y incorpore les 3 cuillères à soupe de noix de coco râpée et le céleri.

 

 

 

Une fois le tout mélangé, on ajoute le bol de Maizena et les 2 oeufs.

 

 

 

On mélange afin d'avoir une pâte homogène...

 

 

Dans un wok, on met quelques centimètres d'huile de friture. 

 

Une fois arrivée à ébullition, prenez une cuillère à soupe de pâte et déposer-la délicatement dans l'huile bouillante.

Appuyez légérement sur la texture pour créer une forme ronde d'un ou deux centimètres d'épaisseur.

 

 

 

Laissez frire quelques minutes en surveillant la cuisson

 

 

 

Une fois les galettes bien dorées, sortez-les de l'huile. 

Suivant le nombre de galettes prévues, faites une autre fournée !

 

 

 

Pour éviter un effet trop gras, réservez les galettes sur un papier absorbant et servez chaud...

 

Bon appétit !

 


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:32, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs : maisbaliindonésielégumesgalettecuisinerecette

Recette du Nasi Goreng (riz sauté)

Ubud étant aussi la capitale culinaire de Bali, on profite d'une matinée pluvieuse pour prendre un cours de cuisine dans une petite rue parallèle à Monkey Forest Road, près du terrain de football (pour ceux que ça pourrait intéresser).


On commence par une ballade dans le marché local pour découvrir et goûter aux fruits et légumes (souvent inconnus) que nous allons utiliser pour les différentes recettes.

 

 

Marché alimentaire d'Ubud

 

 

 

Le galanga (sorte de gingembre très épicé) n'est pas terrible au petit déj (on l'a goûté vers 9h)

 

 

 

Stand très coloré qui donne envie d'acheter mais notre hôte a fait les courses à 5h

 

Après une ballade d'une heure dans le marché, on rentre à l'atelier pour mettre en pratique ce qu'on vient d'apprendre.

 

La table est déjà mise et la moitié du travail est déjà fait. Plus de théorie que de pratique mais outre la recette, ce sont les conseils donnés qui comptent.

 

 

 

Notre atelier de cuisine

 

 

 

 

Cuisine à ciel ouvert

 

Nous avons appris plusieurs recettes, mais comme ca prend un peu de temps de tout retranscrire, je me concentrerais sur le nasi goreng (riz sauté), plat indonésien typique, et qui a le même goût quelque soit le warung (ou restaurant) choisi.

Seul le côté épicé du chili varie.

 

 

Il est à noter que cette recette s'applique parfaitement aux nouilles sautées (mie goreng)

Il faudra, bien évidemment, remplacer le riz thaï (jasmin) par des nouilles chinoises (ou par défaut des cappellini ou spaghetti).

 

 

INGREDIENTS POUR LE NASI GORENG 

(Riz Sauté) pour 8 à 10 personnes :


- 3 c.à s. d'huile (surtout pas d'huile d'olive)

- 1 c.à s. de beurre

- 2 c.à s. d'ail

- 2 c. à s. d'échalottes (ou oignons)

- 1 c. à c. de poivre et de sel

- 250g de poulet en lamelles (ou de tofu ou de tempe ou de crevettes)

- 1 oeuf

- Légumes : Carottes, Chili, Chou blanc, Pakchoi (ou Bokchoi) = chou chinois

- Sauces (voir photos) : 2 c. à s. de sauce tomate/chili, 1 c. à s. de sauce soja, de sweet sauce, oyster sauce et fish sauce.

- 1kg de riz jasmin (pas basmati ni de riz pour risotto)



Après avoir coupé les échalottes en lamelles, faites les frire.

Pendant la cuisson des échalottes, coupez tous les légumes en lamelles et passez l'ail au presse-ail.


Sortez les échalottes et mettez les de côté pour la fin.

 

Coupez en lamelles ou en dés le poulet (tofu, tempe) ou décortiquez vos crevettes.

 

 


Ingrédients coupés pour le nasi goreng

 

 

Comme les sauces ne sont pas faciles à expliquer, voici les photos. 

Normallement il est facile de les trouver en supermarché ou dans les épiceries asiatiques.


Les sauces liquides ont tendance à être très salées et la sauce épaisse est très sucrée (goût caramel) : attention au dosage selon vos goûts.

 

 

 

Sweet sauce et Oyster sauce (épaisse et sucrée)

 

 

 

Sauce soja et Oyster Fish sauce (quelques gouttes car liquide et salée)

 

 

 

Sauce tomate et chili

 

 

Mettre l'huile et le beurre et faire revenir le poulet et d'un côté du wok faire un oeuf brouillé.

Ajoutez les légumes en lamelles et l'ail et mélangez le tout.

 

 

 

Ajoutez le riz de catégorie jamin que vous avez faire cuire au préalable.

Surtout pas de basmati ou de riz à risotto!

 

Ajoutez les sauces et salez et poivrez suivant votre goût.

 

 


Mélangez le tout et laissez mijotez une dizaine de minutes.

 

 

 

Ajoutez une pincée d'échalottes frites sur chaque assiette et c'est prêt.

 

 

Bon appétit !

 


Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:08, le 21/03/2012 dans Gastronomie et Recettes, Ubud
Mots clefs :

Ubud : ville culturelle, spirituelle et artistique

Nichée au milieu de rizières et située dans les terres de Bali, Ubud est une très jolie ville, pleine de couleurs et où on peut sentir le Bali traditionnel.

 

 

 


Rizières aux portes d'Ubud

 

 


Jolie vue depuis un des nombreux restaurants de la ville

 

 

Bien qu'elle attire beaucoup de visiteurs, on se sent un peu seul au monde dans ses rues.

En effet, c'est une atmosphère particulière, car son centre est assez petit, de même que son marché, mais on y croise très peu de touristes.


Chaque coin de rue offre l'entrée d'un temple et comme nous sommes à quelques jours du 1er de l'an balinais, il y a des rituels d'offrandes un peu partout dans la ville.

 

 

 

Jardin de temple dans Ubud

 

 

Il fait bon de flâner dans cette ville... On a toujours quelque chose à découvrir.


 

 

Bassin avec fleurs de lotus (malheureusement pas en fleurs)

 

 

 

Vasque avec fleurs (aussi utilisées pour les offrandes)

 

 

 

Temple qu'on a la surprise de découvrir dans le "jardin" du Starbucks...

 

 

 

Stands de rue, perdus au milieu des temples

 


On apprendra qu'en réalité, il s'agit de maisons de familles aisées (mais qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à des temples).

 

 

 

Maison d'Ubud qui ressemble à un temple, avec chaussures à droite de l'entrée...

Chouette, non?

 


Monkey Forest Street offre de nombreux logements. 

 

Par contre, les prix indiqués par les guides sont vraiment obsolètes. 

C'est simple, les 10 premiers hôtels qu'on prospecte affichent leurs tarifs en dollars et sinon ils ne sont pas en dessous de 300 000rp...


En continuant sur notre lancée, un balinais nous accoste et nous signale des chambres à 150 000rp, avec lits jumeaux, terrasse et eau chaude...

 

On le suit dans une ruelle sombre perpendiculaire à Monkey Forest Street qui doit faire 150m. Et là, oh surprise, un grand jardin paisible, avec une rivière qui coule en bas, une chambre immense avec mobilier en bamboo et une salle de bain super avec douche ET baignoire.

 

A ce prix là, c'est vraiment chouette !

 

Bienvenue au Raka Rai Bungalows...

(Pour ceux que ça intéresse, il n'est pas très loin du restaurant & hôtel Sagitarius sur Monkey Forest Street), dans la partie Sud de la rue, près de la Forêt des Singes.

 


 

 

Il y a donc pas mal d'échoppes un peu partout dans la ville, notamment près du marché (Jalan Raya Ubud) en haut de Monkey Forest Street.

Peintures, huiles essentielles, pommades, vaisselle, encens, etc. 

On trouve de tout ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette ballade dans la ville, où nous avons rencontré Mélanie, réunionnaise en vadrouille qui nous suivra dans nos aventures, on assiste à un spectacle gratuit dans le temple en face de l'Office du Tourisme.


Comme d'habitude, on retrouve l'orchestre de Gamelan et il s'agit en fait d'un spectacle comique où deux actrices n'arrêtent pas de parler. 

 

Comme c'est en indonésien, on ne comprend pas grand chose malgré leurs gesticulations assez drôles sur scène. 


On apprécie tout de même leurs costumes de scène et leurs maquillages...

 

 

Orchestre de Gamelan

 

 

 

Actrice comique qui a un beau costume

 

 

 

Son maquillage lui fait des yeux un peu flippants mais ca vaut le détour

 

 

 

La deuxième actrice comique

 

Comme on est fatigué de la journée cuisine/ballade, on ne restera malheureusement pas regarder la fin du spectacle...

 


Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 18:38, le 20/03/2012 dans 4) Bali, Ubud
Mots clefs :