Indonésie et sac-à-dos
.


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

1) Malaisie (Kuala Lumpur)
2) Sumatra
3) Java
4) Bali
5) Lombok
Gastronomie et Recettes
Indonesie, informations generales
Preparatifs avant le depart

Sites favoris

Au Sud des Amériques
Odorel Express
Vimeo
Voyage Forum
Diplomatie Gouv'
Utripy
Rosalia Filippetti, photographe
La Sand et le Guims en Asie
Touche mon bush
Mistoulin et Mistouline
OnedayOnetravel

Newsletter

Saisissez votre adresse email

Java-Bali : Ferry pour Gilimanuk

Départ à 10h de Bromo pour rejoindre Probolinggo et reprendre un bus à 11H30. En fait, le chauffeur nous jette à moitié dehors du minivan en nous indiquant un plus gros bus de l'autre côté de la route.


Bon, on nous demande nos tickets, d'autres étrangers sont avec nous parmi les locaux et le bus part pour Bali. Tout semble en ordre.

  

 d

 

Les autres passagers se rendent tous à Denpasar, la capitale dans le sud de Bali. Mais comme je souhaite éviter cette grosse ville, j'opte pour Lovina, la 2ème option possible.



Pas de chance, le chauffeur se rend directement à Denpasar, à nous de nous débrouiller après le passage du ferry pour trouver un bus en partance pour Lovina...


Le bus est sensé arriver à 18h à Denpasar et c'est justement à cette heure-ci que nous embarquons sur le ferry pour Gilimanuk, embarcadère du côté de Bali... ça sent le gros retard.


Gagné, en plus du retard, il y a un embouteillage de ferries (si si c'est possible) pour accoster à Bali, une dizaine de ferries font la queue et au lieu de 30 minutes de traversée, nous mettons 3h.

 

 

 

A gauche, Gilimanuk et à droite, une file de ferries qui attendent pour accoster sur l'île de Bali

 

Résultat des courses, on descend en vitesse dès l'arrivée pour rejoindre le terminal, mais le dernier bus pour Lovina est déjà parti, ca sera pour demain matin.


Vu l'ambiance semi-remorques, klaxons et Cie de Gilimanuk, on décide de choper un bus pour Denpasar, et coup de bol, notre bus fait "une pause" sur le trottoir d'en face et veut bien nous reprendre. Ouf !

 

On arrive tout de même à 2h du mat' au terminal de Denpasar (en comptant l'heure de décalage avec Java) et vu qu'on a eu le temps de copiner avec 2 californiens sur le ferry, on partage un taxi avec eux pour rejoindre Kuta, en bord de plage.

 

Je le savais, mais il faut le voir pour le croire. 

Temple du tourisme de masse, Kuta est une ville genre Costa Brava en Espagne au mois d'août. Des boîtes de nuit partout, des jeunes bourrés et la musique à fond. 

Dans un autre contexte, il n'y aurait pas eu de problème, mais avec nos gros sacs et la fatigue, on est un peu dégoûté. 

Surtout que c'est la croix et la banière pour trouver un hôtel à moins de 200 000rp... 


On descend les 2 rues des poppies lane (rues des hôtels soit-disant pas chers) et on dégote une chambre vétuste pour y passer la nuit (150 000rp tout de même, mais la fatigue l'a emportée).


Après une nuit trop courte, on fait un tour dans la ville et les marchands nous tapent sur les nerfs. Ils vous tendent la main pour vous la serrer et c'est pour mieux vous tirer (assez fort d'ailleurs) dans leurs boutiques de fortune...

 

Du coup, on va vers la plage car le Lonely Planet dit "Kuta dispose d'un atout majeur, sa superbe plage".

On ne doit pas avoir la même vision des choses... Mer grise, sable gris, rabatteurs partout : mouais.

Mais la plage est assez grande pour y bronzer entre deux demandes de cours de surf ou de massage.

 

 

 

 Plage de Kuta et ses surfeurs

 

Du coup, on décide de rentrer à l'hôtel pour le check out (il est presque midi) et on file direct à Sanur, embarcadère pour Nusa Lembongan, petite île au sable blanc et à la mer turquoise.

 

On a juste besoin de ça en fait.

 

 


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 13:30, le 15/03/2012 dans 4) Bali, Gilimanuk
Mots clefs :